8 juillet 2017

encore
n’est pas
comme
pareil

je ne cesse d’y penser

(Martine Audet, « neuf pas pour mille batailles », Estuaire)

 

***

 

Voir la ville avec tout le recul qu’offre la terrasse. Ainsi se dessine mon cœur, courtepointe tissée de silences entre moi et l’autre, entre moi et chacun des autres que j’ai laissé entrer dans ce cocon douillet où les mots sont superflus.

De toute façon, les mots sont surtout faits pour être graffités (graphités…) sur les peaux, n’est-ce pas?

Chaque retour à la vie est un miracle, bien sûr; mais le sont aussi chaque nouvelle visite d’une ville aimée, chaque installation dans le vide, et chaque réinfusion d’amour dans l’eau chaude de nos cœurs.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s