22 juillet 2017

C’est là, dans l’étreinte de la forêt vierge, qu’il souhaitait vivre à jamais. Il avait atteint l’endroit où toute sa réalité encore non vécue l’attendait.

« Ça ne me fait pas peur »

(Hella S. Haasse, Les seigneurs du thé)

 

***

 

J’ai atteint cet endroit. En fait j’ai les deux pieds imprimés dans le béton de ma forêt vierge, près de sa lisière – de sortie ou d’entrée? Parfois, ce qui demande le plus d’énergie n’est pas d’aller loin, mais de faire demi-tour. Lorsque je trouve comment m’élever un peu de terre pour que mes sandales ne touchent qu’à la couche supérieure du ciment ou de l’asphalte, celle qui reste molle malgré tout, j’arrive à pivoter malléablement.

Et alors je vois, dans toute sa solidité, ma réalité vécue dans les dernières semaines, dans les derniers mois. D’une canne de peinture verte, neutre comme l’espoir, je bidouille par-dessus les graffitis qui ornent mes murs : je change vers en univers, je tague mon nom comme un appel, je me retourne quelques instants trop tard après que tu t’es retourné. Je te manque. Mais l’avenir ne manque pas.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s