29 juillet 2017

Une nature morte vibre entre le cœur et le poignet.

(Denise Desautels, « NUITS », Françoise Stéréo)

 

***

 

Chaque jour j’ajoute une touche à mon pejzaž intérieur, je dessine des volutes florales sur l’envers de ma peau, tetovaža du monde qui a réussi à s’introduire par le bout de mes doigts. Et comme c’est dans sa nature de le faire, mon tatouage-paysage fane, sèche, embaume.

Entre le cœur et le poignet, j’ai la manche d’une dure à cuire, un canal le long duquel courent des bouteilles de plastique vides ou à message, des canards qui m’avertissent que le thé est prêt, et des feuilles dans tous leurs états.

Tu serres fort, que tu m’as dit. C’est parce que je veux couler avec le courant, pas dessous.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s