1er aout 2017

Isn’t it true love that gathers folks around the tea tray?

(Omar Sayed, dans Transes de Ahmed El Maânouni)

 

***

 

J’ai renoué avec l’amour qui se propage dans le partage des plaisirs de la table. On croque à la fois dans le pain maison et les joues de l’autre, on salive ensemble en voyant le plat arriver, on accueille la conversation sur nos langues comme un verre de Cataratto bien frais. Alors que le vin nous fait papillonner, le thé nous permet de nous déposer au fond de nous et de proprement gouter la paix, avec sa texture parfois mince et fuyante, et son équilibre entre douceur et amertume.

N’est-ce pas là tout l’art de la conversation : savoir valser entre ce qui (se) passe à l’intérieur de moi et ce qui se tisse avec les autres, dans l’espace de la table ? Sur ma tasse de Pinglin Bao Zhong, mes doigts réapprennent à danser.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s