3 aout 2017

le corps est une ouverture dont le centre est dehors

(toino dumas, animalumière)

 

***

 

Trouver son centre alors qu’on est entouré.e de gens. J’apprends à le demander, mon centre, et à le prendre quand on me l’offre. Je suis de celleux qui ont besoin de lever les yeux au ciel l’instant de prendre une photo et de se gaver de rose, de mauve, de jaune. Je suis de celleux qui écoutent de loin et qui se nourrissent des mots surpris dans les bouches nouvelles : patlıcan, vişne, börek.

Mais comme j’apprends que le temps partagé est aussi une voie directe vers mon centre, celui qui se trouve à la fois dedans et dehors, j’apprends à offrir une bouchée de ce centre aux autres. Car nos petites ouvertures réunies forment une brèche par laquelle le monde s’écoule… et se retrouve.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s