7 aout 2017

[…] et tu t’exerces maintenant à penser non pour rapiécer ton cœur, tu penses non, tu cries non.

(Louise Dupré)

 

***

 

Rapiécer mon cœur. Il s’agit là de l’histoire d’une vie : recoudre les petits bouts quand les fils s’effilochent à force de trop le porter, de la même façon que je me refais des réserves de fer après que mon corps a laissé aller les fibres dont il ne voulait pas.

Quand je ne sais pas à quoi dire non, je m’arrête quelques instants pour sentir les mouvements de l’eau. Je sais alors : dire oui à la main à côté de moi, dire oui au soleil; dire non à ce qui veut me faire croire que le temps presse. Dire oui aux vertiges qui bercent; dire non à ceux qui font tomber. Et le rapiéçage se fait, une syllabe à la fois, une goutte de Bosphore à la fois, mais aussi un bleu à la fois, parfois.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s