9 aout 2017

et qu’est-ce donc qu’un fleuve […]
un désir immense qui risque sa peau

(Pierre Perrault, Le visage humain d’un fleuve sans estuaire)

 

***

 

Mon avion au départ d’İstanbul a longé, dans sa dixième et dernière heure de vol, le fleuve Saint-Laurent, retraçant avec une fausse lenteur ma migration vers la grande ville, il y a exactement douze ans.

De mon hublot, j’ai suivi les contours du patchwork des voyages : c’est un patchwork gigogne, avec de petits champs délimités et à une seule couleur de remplissage, mais qui créent ensemble des formes géométriques plus grandes lorsqu’on a la chance de les regarder de haut.

Je suis à Montréal, et le voyage – comme le désir immense de voyage – n’est pas fini. Le champ est ouvert devant moi, et on se regarde de loin.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s