11 aout 2017

Drink your tea.

(Thich Nhat Hahn)

 

***

 

On m’a souvent répété, quand je me décourageais du fait de n’être jamais laissée tranquille par les nœuds de la vie, que les choses étaient ainsi faites, que le vent s’accrocherait toujours dans mes cheveux fraichement coiffés, que le blanc de mes ongles prendrait la teinte des framboises fraiches, que dans la musique du matin se profilerait le son de petites pattes non désirées.

Au milieu des ondes de stress qui exsudent des gens, des murs, des appareils, je bois mon thé. Les nœuds se délient sur ma langue, et les choses se délitent jusqu’à tomber dans mon fort intérieur. Elles peuvent alors s’y reposer un instant, le temps que le thé les imprègne de son gout de miel.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s