13 aout 2017

Les avions sont-ils faits pour rentrer ou s’en aller?

(Mélodie Vachon Boucher)

 

***

 

Il y a deux semaines, le ciel m’avait apporté la réponse d’alors : les avions sont faits pour continuer. Je le crois d’autant plus maintenant que les voyages aériens ont perdu quelque peu de leur magie, que les villes mythiques ont laissé de leur lustre dans mon imagination de convalescente… Mais pour qu’on puisse appeler un endroit chez soi, ne doit-il pas d’abord acquérir une certaine patine, celle que donnent les mains qui caressent et étreignent?

Même en campagne, dès que je lève les yeux, les trajectoires viennent à moi : passées, présentes, futures. Et ces avions qui ne tiennent qu’à un fil (mais c’est un très bon fil, dirait Sylvie Laliberté) n’ont rien de bien différent avec les pas que je fais sur ce remblai de gravelle qui épouse mes pieds.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s