16 aout 2017

D’où sont venues ces pensées ?
Quel livre, quelle page ?
Pourquoi avoir souligné ce passage ?
Avec qui ? Jusqu’à ne plus respirer.

(Nicole Brossard, Lumière fragments d’envers)

 

***

 

D’où m’est venue cette pensée d’écrire chaque jour? D’avoir quelque page de livre à dire le matin au réveil, alors que toutes les bribes de mon esprit viennent encore d’hier et que l’avenir ne peut être exprimé ainsi sans réorganisation? Comment dire le monde, comment dire un monde meilleur si je sais très bien que mes mots ne sont pas les meilleurs?

Pourquoi souligner mon inaptitude? Pourquoi avoir souligné l’aptitude des autres à poser un pochoir sur le sol, puis m’être mise en marche sans réfléchir? Avec moi seule, de surcroit?

Parce que parfois, j’ai besoin d’un serrement au diaphragme pour choquer ma respiration. Sinon j’oublie comment respirer – j’oublie qu’il faut respirer.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s