18 aout 2017

Elle attendait et se demanda cette nuit-là, avant de s’enfoncer dans le sommeil, si l’attente faisait partie du voyage. Attendre, n’est-ce pas déjà partir ?

(Madeleine Gagnon, Je m’appelle Bosnia)

 

***

 

Les attentes. On m’a souvent répété de ne pas en avoir, mais c’est comme si on me disait ne rêve pas : impossible. Puis, quand les rêves se réalisent, pas exactement de la façon dont ils ont été imaginés, bien sûr, mais en mieux – toujours -, je me demande si ce n’est pas le fait d’avoir eu ces attentes qui les a matérialisées.

Ou – et c’est plus plausible – je me demande si ces attentes n’étaient pas des manifestations de la clairvoyance du monde, celle qui éclaire le fond de la tasse vide et qui y montre les profondeurs de la boisson, les sédiments de la conversation.

Et je dors, je pars en voyage, poisson du rêve qui se mange la queue.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s