25 aout 2017

boumboum     cœurquibat     boumboum     cœurquibat

(Marc André Brouillette, « voguent à l’âme », Estuaire)

 

***

 

Faire semblant de dormir en avion, puis crasher sur le divan d’un confrère comme si on le connaissait depuis toujours, des explications de ghazals en rubans qui épousent les contours de son crâne, trois heures de paysages linguistiques, de brume peinte sur les montagnes, de chat qui feule dans mes mains, un cœur dont le bouton reset était encastré, une douche prise dans la tête de Darth Vader, une Pokéballe champagne deluxe entre les dents fatiguées…

Boum. Boum. Boumboum. Le cœur remonte sur sa terrasse : l’escalier est à pic mais les pieds ont besoin de battre l’air, de marcher la ville de haut, le temps que les rêves se réordonnent.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s