30 aout 2017

reste nuit
nuit, reste
je pars

(renée gagnon, des fois que je tombe)

 

***

 

J’ai laissé une part de ma noirceur dans le lit en me levant. Un morceau tout petit mais sensible, un mou de bout de doigt à l’ombre d’un ongle. J’ai effleuré ma cicatrice avec et j’ai vu les flammèches, l’extrémité d’une peur marine contre une faille de vie, ça éclabousse c’est certain.

Nuit, reste : je pars. J’étire un point de douleur, un point d’abandon sur mon diaphragme, je respire. J’épure mes prochaines nuits en pensant à toutes celles où les couvertures m’ont pesé au lieu de m’enlacer. Et aux bras du matin, du premier matin, qui m’ont donné l’impulsion. De partir, de rester, de vivre.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s