31 aout 2017

One must be careful not to wonder if these pleasures are superior to last year’s pleasures. They never are.

That must be the seduction of the past again. But just wait until now becomes then. You’ll see how happy we were.

(Susan Sontag)

 

***

 

Dans le plaisir au présent s’immisce toujours quelques grains, du sucre qui se lève en nuages quand je brasse la smreka au lieu de la laisser au repos. Oui, du sucre : ils apportent du réconfort, ces éclairs de passé et de futur qui se baladent dans une boisson amère; même lorsqu’ils sont inquiets, en colère ou en panique, j’en connais le gout, ma langue recherche leurs aspérités, séduite.

C’est ainsi que le flow, le flot de la smreka emporte trop vite ce qui est, (déjà) ce qui a été le présent. Et que je n’ai plus rien à quoi m’accrocher devant le vide du moment, sauf le cadre tout autour. C’est ce même cadre qui délimite mes photos et fait de ma vie une série de clichés interchangeables… qui montrent à quel point j’étais heureuse.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s