15 septembre 2017

[…] si elle voit, elle sait, chassée par le pouvoir des autres, soupçonnée de pouvoir davantage qu’elle-même, de pouvoir le rebond du monde, de pouvoir le mouvement des astres, le guider, le trembler, de son doigt levé doucement vers le ciel.

(Christine Guinard, dans Exit numéro 86)

 

***

 

Je soupçonne les chat.te.s de pouvoir davantage qu’elleux-mêmes, de voir la beauté des ombres quand moi je tourne mon visage vers le soleil rare, de savoir la grandeur du moment mais d’être limité.e dans son expression – miaou, miaaaou, variation de longueur sur le thème de l’obstination.

Aimer les chat.te.s, c’est partager une entrée moelleuse vers un autre monde, celui où la nuit allume deux astres verts et du rêve; c’est savoir que son pouvoir a beau être condamné à la traversée rapide des espaces, chassé par les autres, il n’en guide pas moins ces mêmes créatures plus grandes que soi… d’un regard levé doucement vers le ciel.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s