28 septembre 2017

Car l’amour ce n’est pas quelque chose, c’est quelque part

(Réjean Ducharme, repris par Patrice Michaud dans « Kamikaze »)

 

***

 

Mes voyages se passent souvent comme suit : je revisite du connu, ajoutant chaque fois une petite touche de nouveauté, un petit saut par-dessus la frontière monténégrine ou dans la cuisine turque. Ainsi je voyage tout le temps, mais me sens toujours chez moi; je me creuse des lits dans les ponts de tenelija ou dans les montagnes de calcaire, et le blanc des rêves réalisés trouve refuge sous mes ongles polis.

Peu importe où je vais ensuite, je transporte, tels les chiffres de jedan à deset, de bir à on, mes dix éclats de coquille, mes dix maisons à travers lesquelles je vis, à travers lesquelles j’aime, lentement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s