14 octobre 2017

We live in a society which sees high self-esteem as a proof of well-being, but we do not want to be intimate with this admirable and desirable person.

(Sara Maitland)

 

***

 

Je veux l’estime de soi des arbres, des chats. Je veux me poser en hauteur et me regarder aller avec la douceur de la poitrine de l’oiseau. Je veux jouer avec mes couleurs, tremper mes pinceaux dans mes propres paillettes et les étaler plus loin sur ma peau, de ce côté-ci de l’océan, et non sur celle qui se refroidit, là-bas.

L’automne referme son gris sur moi, mais je reste debout, orange, dorée, pleine. Je brillerai dans le rayon de ma maison au lieu de celui d’une ville, c’est tout. Et si je bois mon aohôji, c’est à ma santé, et non à son honneur. Longue vie à moi.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s