15 octobre 2017

la formation de nos cœurs précède
celle de nos hémisphères
il en va ainsi de notre lien

(Chantal Neveu, La vie radieuse)

 

***

 

Je reviens à mon essentiel : un bol à thé mongol posé sur une palette de couleurs, le mielleux du wulong d’hiver posé sur mes papilles, la quête de beauté dans l’avenir qui déboule à pas de chat feutré. Mais il y a aussi un essentiel qui m’est nouveau, que je tiens d’un disparu mais que je ne veux pas perdre avec lui. Ce sont ces ü et ces ö que murmure le Bosphore, les courbes du verre sablier contre le mou de mes doigts, la fraicheur du vin (Narince, Emir, Sultaniye…) dans la chaleur qui boucle les cheveux.

Il y a de ces endroits que nos cœurs, celui que j’ai et celui qu’il a eu, me poussent à explorer : le fond du bol à thé, mon propre lien au monde, İstanbul.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s