17 octobre 2017

my room is green, green, succulents and sea,

the green of a peony so red it pinkens

the comb-y string of lights I hang now in my room.

(Katie Ford, « #21 », in Freeman’s on Home)
***
Je n’ai plus de chambre, parce que j’ai toutes les chambres. Je m’endors seule, personne ne me demande de l’entourer de ses bras ni d’écouter son coeur. Je me réveille seule avec une nouvelle récolte de couleurs qui éclate au matin, des figues vertes orangées duveteuses au centre rouge sang magenta pourpre au centre qui goutte et rosit entre mes mains de harpiste de lumière.

Que je ferme ou que j’ouvre les yeux, je vois le même monde : la possibilité d’un monde et des cordes douces comme des cheveux gainés de coco. Je vois une note qui perce la figue au creux de ma main. Je la mange.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s