28 octobre 2017

Tout pays où je ne m’ennuie pas est un pays qui ne m’apprend rien.

(Albert Camus, L’Envers et l’Endroit)

 

***

 

Je me suis prévu plusieurs plages d’ennui en fin de semaine. Je le connais bien, il m’a bien accompagnée l’an dernier durant ma convalescence; j’ai envie de le revoir, ne serait-ce que pour qu’il me pousse, à travers le cœur, à faire ce que j’ai à faire mais dans le désordre des pulsions. Je veux me laisser couler bien creux dans les coussins pour rebondir jusque sur la pointe de la vague hors terre, turkuaz, jusqu’au centre de son flot.

Et quand viendra l’heure de vider la piscine pour l’hiver, je penserai à cet ennui qui s’en va stagner ailleurs, dans la pelouse, et m’apprendre ses cristaux.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s