3 novembre 2017

[…] the sense of freedom at such a little table in a crowded place, as if the confines allowed for the freedom, like a poem.

(Susan Harlan)

 

***

 

C’est le contraste qui est à la base de la respiration. Ouvrir, fermer : mes poumons épousent un dégradé infini de couleurs et de température; n’en gardent qu’un échantillon, celui qui concorde le mieux avec mes formes, tel un oreiller chéri; puis rejettent le trop-grand, pas sans l’avoir teinté de ma saveur.

Après la table à café, la bruine large; après la bruine, les trois cloisons du kiosque, comme les trois parois de la coupe Marie-Antoinette. Les trois parois du poème, et les bullent s’échappent librement : je ne suis pas qu’une femme-récipient.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s