4 novembre 2017

[…] tu as dit : « On est seul. » J’ai répondu : « C’est vrai, mais parfois on croit qu’on ne l’est pas. »

(Christine Angot, Un amour impossible)

 

***

 

On est seul avec nos pièges à souris intérieurs, on est seul avec nos pincements d’organes en coins de page. Une symphonie de Chostakovitch en forme de mots – mots de l’inquiétude, mots du rassurement, en alternance ou en chevauchement.

Ce sont ces moments de coïncidence qui nous font croire qu’on n’est pas seul : lorsque nous sommes dans la même ville qu’un homme et que nos arêtes s’alignent; lorsqu’un.e lecteur.trice cherche notre nom à travers tout un salon; lorsque notre tête pose ses élancements contre une couverture amie, cheek, forehead, shoulder to the floor*.

 

* Anne Sexton, « The Wedding Night », dans Live or Die (1966).

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s