7 novembre 2017

Pour qui a déjà un chez-soi, habiter pourrait-il impliquer un déracinement perpétuel ?

(Cousins de personne no 12, Élire domicile)

 

***

 

Je ne suis plus sure de comprendre la question. Chaque matin le réveil me déracine de la douce obscurité pour me jeter dans la crue lumière, dans le raz-de-marée de paillettes thé et coco. Chaque matin l’écran devant, derrière mes paupières me bouscule : Aujourd’hui, qu’est-ce que je fais? qu’est-ce que je veux être? qu’est-ce que j’habite?

J’ai déjà un chez-moi : dans ma théière, sous ma couette, entre deux espaces d’un univers qui plane partout autour – et dedans. Je ne comprends plus mes questions, mais je choisis néanmoins d’être une lettre, le point en l’air pour mieux ligaturer, et de m’imprimer, de texte en texte, pour qu’on crée l’univers.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s