9 novembre 2017

et qu’est-ce donc qu’un fleuve […]
un désir immense qui risque sa peau

(Pierre Perrault, Le visage humain d’un fleuve sans estuaire)

 

***

 

Le fleuve est partout autour de moi – que je le remarque ou pas est une question d’état d’esprit. Le flot/flow, désir immense d’un ciel qui risque sa peau en plein hiver naissant, parce qu’il est tellement plein de couleur/s qu’il n’a pas d’autre choix que d’exploser partout…

Mon cœur, dès qu’il prend la teinte du thé qui l’abreuve de tout et de rien, atteint lui aussi cet état de cœur : il y a tant de beauté à l’intérieur de moi qui ne cherche qu’à aller rejoindre l’encore plus immense, l’encore plus magnifique dont elle est le reflet. Ainsi les vagues déferlent-elles, métaphore des actions grandioses des interstices du ciel.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s