17 novembre 2017

tu as parlé de mystère,
de magie
ou de vacances au centre de ton cœur.
Me donnais-tu le droit de respirer trop vite ?

(Roger Des Rochers, Le verbe cœur)

 

***

 

Je m’accorde moi-même le droit de respirer trop vite et de ne pas prendre le temps de siffler au passage. Je n’ai pas besoin qu’on me le donne; je suis maitresse de mes propres pancartes et des mots qui les ornent, même si on me dit qu’il n’existent pas : oui, coeur est un verbe s’il le veut.

Mon coeur ne siffle plus, la magie de la vie est passée à travers moi alors que j’étais étendue dans le sens de la voie ferrée, connectée aux pylônes. Quand je parle de mystère, quand je l’étoffe de ma vibration, je sais que son silence ne signifie pas qu’il ne passe pas.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s