19 novembre 2017

Il n’y a que la peur qui
vous dévête comme ça.
Vous atteigne.

Dans le leste, le servile
le ployé. Vous atteigne et vous fasse
tant souffrir – pour rien.

(René Lapierre, Les adieux)

 

***

 

La peur, l’inquiétude, ces garanties que tout ira mal au moins à un moment, celui même de la peur et de l’inquiétude. Je me lève, me soulève avec l’envie de garder ce visage que j’avais hier soir sur papier, leste et non ployé, servile à la seule imitation du changement qui me traverse.

Sur ma poitrine est cartographiée l’idée que le monde se fait de la peur, de la souffrance, ligne droite vers l’enfer du ventre, du nœud des passions qui font mal pour rien. J’y vois plutôt une faille, un accès au dévêtu qu’on choisit de ne pas voir quand on dort les pieds dans nos chaussettes. J’y vois la chance de toucher au chaud.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s