21 novembre 2017

Le corps humain se compose à soixante-dix pour cent de larmes

(David Goudreault, Testament de naissance)

 

***

 

Je me bouche l’œil droit d’une débarbouillette humide. Quand le départ est proche, mon corps entier entre dans un tunnel où je ne vis que pour ma valiz, le Çankaya que je boirai dans l’avion, la touffeur mentale des premiers jours.

Je ne vis que pour les premiers jours. Le poids de cette phrase : 13,7 kilos, soit la cargaison annuelle de feuilles de thé pour 4,3 Turc.que.s. Une famille de pensée autour d’une table basse, front à fronts. Je ne vis que pour les premiers jours, et là j’en aurai tout un mois, de premiers jours, puisque je choisis le courant plutôt que le stagnant.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s