22 novembre 2017

Elle attendait et se demanda cette nuit-là, avant de s’enfoncer dans le sommeil, si l’attente faisait partie du voyage. Attendre, n’est-ce pas déjà partir ?

(Madeleine Gagnon, Je m’appelle Bosnia)

***

J’attends que mon vernis vieux rose sèche, suspendue au dixième étage entre l’Asie et l’Europe, mon verre à thé en forme de bulbe de tulipe posé sur un tapis de prière à paillettes. Je ne me sens pas en voyage : je suis seulement enfoncée dans un ciel que j’ai déjà connu, me demandant si attendre suppose forcément un partir.

Ne pas dormir, compter les battements de mon cœur : un-bir, deux-iki, üç-trois véhicules en file qui ne prennent pas le temps de sauter par-dessus la clôture, foncent dedans et arrachent des pans de sommeil au passage. J’attends de dormir, et c’est là la plus belle partie. Tout court.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s