26 novembre 2017

l’endroit qu’on cherche
n’est-il jamais fixe ?

(Rachel McCrum, « Enterrez-moi dans la mer », Exit no 83, trad. Jonathan Lamy)

***

J’ai l’impression de ne jamais pouvoir me poser. Que si ce ne sont pas mes jambes qui m’entraînent de Bağcılar à Taksim, c’est mon cœur qui m’emmène au bord du Bosphore, là où un tout autre travail que celui des mots m’attend – travail qui file entre mes doigts vernis, ceux qui tremblent en tenant l’allume-feu devant le rond au gaz et qui ne savent pas recoudre l’effiloché du tapis de prière.

Ne te rends-tu pas compte que c’est compliqué? De trouver l’endroit pas avec sa tête, mais avec son cœur chercheur? Ça devrait pourtant être si simple… sauf que le lieu est fuyant, et mes pieds, en suspens.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s