27 novembre 2017

[L]e bonheur c’est comme une tasse de café que l’on boit à son rythme.

(Lenka Hornáková-Civade, Giboulées de soleil)

 

***

 

İstanbul est une ville où il est facile de se laisser prendre au jeu et d’oublier qu’on se trouve au midpoint entre le ciel et la terre. Si j’écoute toutes les mises en garde qu’on me fait et que je ne sens que le toucher des corps plaqués contre le mien dans le bus bondé, je perds l’équilibre – trop de terre peut-il faire tomber?

Pourtant il y a ici, à travers la circulation effrénée, un suspens : un chat qui se lèche sur un trottoir, un homme qui offre son siège à une femme, un soleil rouge drapeau qui redescend avec nous Tarlabaşı Bulvarı… Le tout, c’est de savoir lever les yeux au moment exact où passe la mouette dans sa fenêtre.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s