6 décembre 2017

Dans les yeux s’allume une ville,
qu’on n’a jamais pris la peine de visiter.

(Louise Dupré)

 

***

 

Est-ce que je visite jamais réellement, ou est-ce plutôt que je vis (de voir, de vivre) cette ville? Dans mes yeux s’allument les feux de circulation, les stations de tramvay, le jaune de l’œuf du sandviç que je mange en marchant sur la rambarde entre les voies – de cette ville je vois les toits des voitures, j’observe ma vie qui se démultiplie à chaque pas ou à chaque coup de volant.

Je ne prends pas la peine comme je ne prends pas le temps. Il y a une carte du pays accrochée au-dessus de ma tête, mais c’est en dedans de ma tête que se démène la circulation. Ça jamme souvent, et alors je reste, bien assise dans ma fatigue.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s