13 décembre 2017

I myself was a mixed metaphor, the wanderer who wanted to be a settler.

(Lauren Elkin, Flâneuse: Women Walk the City in Paris, New York, Tokyo, Venice and London)

 

***

 

 

J’ai pris la tristesse en pleine face. Je choisis le temps d’infusion de mon thé, je fais répéter la prescription et je la comprends mais je ne la suis pas. Je ne suis pas une prescription : je suis plus profonde qu’une feuille de papier coulée dans le Bosphore, je suis une lettre tracée en rose sur une peau ouverte, des zigzags de muscles et des poings sur les İ.

La profondeur des verres à thé des autres me touche; c’est juste dommage qu’iels en boivent le contenu si vite, c’est dommage leurs papilles si vides. Je suis heureuse d’être où je suis, toujours dans la nuance, installée dans ma flânerie, le cœur broken(,) open.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s