17 décembre 2017

Mais chaque pas donne une raison de respirer.

(Joël Pourbaix, Quelle mémoire plisse leur visage)

***

Chaque jour apporte son lot de délices, chaque pas son lot de bouchées. Hier j’écrivais que je ne prenais rien, que j’effaçais tout; aujourd’hui je respire, et respirer ne me vide ni ne me remplit au final. Respirer m’équilibre.

C’est le désir d’avancer qui demande à mon corps d’inspirer; et l’inspiration me pousse en avant, dans les côtes-gouttières sous la pluie ou dans les türk filmleri non sous-titrés, comme un poisson qui se laisse porter la bouche ouverte. Je prends l’eau, je prends l’air, puis je recommence.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s