18 décembre 2017

Quand s’enflamme la voyageuse

aux figures imaginaires

une histoire simple

devient une épopée

(Claudine Bertrand, Tomber du ciel)

***

Je dois m’enflammer rapidement, parce que mes histoires ne restent jamais simples. En fait, elles sont souvent compliquées depuis le début. Parfois, en pleine classe de turc, devant ma tasse de thé vert chinois, me saisit l’évidence : ma vie n’est pas normale.

Même si mes pas découpent dans ma carte une épopée en plusieurs langues et dimensions, souvent j’ai envie de m’allonger à plat sur un pays et d’y vivre de peu de lettres : su, çay, aşk.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s