23 décembre 2017

Loin de cette terre, vers le nord ou vers le sud, on a besoin d’air. D’infini.

(Louise Desjardins, L’idole)

***

Je reviens dans mon nord natal pour récupérer un peu d’air cinglant, une bordée d’infini. C’est un autre infini que celui que je viens de quitter en me promettant d’y retourner bientôt, toujours, car les voyages ne sont jamais finis.

J’ai quitté les couleurs, kırmızı altın şeffaf, pour le tout blanc, le tout glace qui coince autant qu’un trafik stambouliote. Comme prises dans les fermuar de robe de Noel, mes ailes ne s’arrêtent que temporairement. Se reposent.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s