25 décembre 2017

Ce qu’on sait n’est pas à soi.

(Marcel Proust)

 

***

 

Quand je porte à ma bouche un lokum, ou rahat lokum, un pötikare de confort qui adoucit les pointes des poinsettias, je sens la vérité se dissoudre en moi doucement. C’est dans le mélange que tient la vérité, me chantent les disques de ma colonne qui s’étire enfin. C’est qu’il n’y a pas plus doux que l’amour, cette caresse que l’on prend au passage et qu’on apprend à laisser, à laisser fleurir dans un pot au coin d’une pièce pour illuminer son cœur.

L’amour ne m’appartient plus, ne m’a jamais appartenu; pourtant, je le sais.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s