28 décembre 2017

– Ma vie entière se retrouve dans une boite de deux mètres carrés.
– Vous savez combien de fois j’entends ça chaque jour ? Il y en a beaucoup qui ne viennent jamais la rechercher, leur vie entière.

(Elizabeth Gilbert, Mange prie aime (le film))

 

***

 

Ma vie entière : en disant cela je me coupe de mon présent, de mon avenir. Ma vie entière ne se retrouve nulle part ailleurs que sur mon dos, avec les quelques objets gonflables que je peux transporter d’un voyage à l’autre – mon sac rempli de réservoirs pour trente-six litres d’air pur mais tranchant, puis sale mais souple, selon l’endroit qui m’habite.

J’ai toujours quelque part une vie à aller rechercher, une part de soleil de la teinte qui me manque présentement. C’est à İstanbul que je retourne après les Fêtes, viser la balloune couleur thé… ah et puis les deux, tant qu’à y aller.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s