31 décembre 2017

Et c’est bien là le privilège des artistes : vivre dans la confusion.

(David Foenkinos, Charlotte)

 

***

 

Je ne sais pas ce que je construis ce matin sans en voir encore l’image complète : l’année qui finit dans quelques heures ou celle qui commencera alors? Je crois naïvement que certains morceaux peuvent appartenir à deux paysages différents; je choisis de continuer à le croire, de persévérer dans cette naïveté et cette malléabilité du cœur qui m’apportent tant.

Ma confusion est un privilège que j’entretiens : j’en taille les branches jaunies, puis je contamine de mes doigts odorants, sapinés, tout ce qui m’entoure, à venir comme passé.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s