2 janvier 2017

Le temps dans la langue d’une personne qui marche est différent du temps dans la langue d’une personne assise.

(Maude Pilon, Quelque chose continue d’être planté là)

 

***

 

J’ai cette chance de pouvoir choisir mon temps en pouvant choisir mon espace. Le temps est différent d’une ville à l’autre, ne serait-ce que parce que mes muscles et ceux autour de moi ne se bandent pas tous de la même force. Le halo autour de la pleine lune a ici arôme de vanille et foin coupé, là de chèvrefeuille et abricot, là-bas de civette et muguet.

Dans ma langue de personne assise, le café est neutralisateur de passé ou d’avenir : le café est donc neutralisateur d’espace. J’étais à İstanbul la nuit dernière, à déménager une belle âme plus loin encore; toi, où étais-tu?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s