5 janvier 2018

Elle attendait et se demanda cette nuit-là, avant de s’enfoncer dans le sommeil, si l’attente faisait partie du voyage. Attendre, n’est-ce pas déjà partir ?

(Madeleine Gagnon, Je m’appelle Bosnia)

 

***

 

La neige a choisi que je devais attendre, la tempête a joué dans mes plans et les a étalés autrement, puis ensevelis. Pourtant je me lève en paix avec un sourire ouaté, en guirlande de Noël, toute-puissante face à mon jouet du jour : ces couleurs à déterrer, à réorganiser dans ce cahier blanc qu’est mon salon enfoui.

Aujourd’hui, en pyjama, les cheveux et le cœur en chamade, je pars. Je m’enfonce dans l’attente comme je le fais dans un sommeil productif. Je construis mon rêve, pelotonnée dans mon corps, brillant.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s