7 janvier 2018

Elle ne saura pas que, seulement au commencement de la dernière étape,
seulement pour passer l’entrée, son cœur sera autre.

(Claudia Hernández de Valle-Arizpe, « Temple du Bouddha incliné », extrait de México-Pékin, Exit no 83, trad. Ana Cristina Zúñiga)

***

M’endormir en pleurs, me réveiller en sourires : c’est là l’aventure du rêve, un mascara allongeant les cils à l’infini, noir. L’alarme sonne; tu m’as pardonné sans me le dire, nous sommes toujours guimauve, la guimauve des yeux qui s’ouvrent au chaud et qui se rendent compte que rêve ou réalité, ça n’a pas tellement d’importance.

Je passe l’entrée de la journée, mon cœur estautre, déjà sur le fruit ont passé des nuances du bazar égyptien, bazar aux épices, et je ne sais plus au commencement de quelle étape je suis, de quelle histoire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s