10 janvier 2018

[…] il avait fallu qu’elle apprenne une autre langue pour connaître la sienne, aussi se demandait-elle si cet autre cœur lui permettrait de se connaître encore : je te fais de la place, mon cœur, je crée de l’espace pour toi.

(Maylis de Kerangal, Réparer les vivants)

 

***

 

Cet autre cœur, avec ce qu’il a de métal, de liant – une attache de duo-tang -, me permet de me connaitre encore quelques années, quelques coups de dés. Ma valve est un tuteur de titane qui ouvre au cœur la possibilité de la souplesse : vas-y, ouvre-toi et dépose-toi à même ton ouverture, je te soutiens comme le cliché suspend les dés en l’air.

Je n’ai jamais su créer de l’espace avec mes adhérences fairly dense. J’ai quand même appris à jouer, à ne pas aimer perdre mais à rejouer. Parce que chaque fois que j’ai atteint 10 000 points, la vie a recommencé.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s