13 janvier 2018

[…] le voyage n’est-il pas, avant tout, une invitation au passage ?

(Gaële de La Brosse)

***

Je ne fais toujours que passer, étincelle confortable dans la vie des gens, ville blonde refuge déteint. C’est là la tristesse de la voyageuse qui ne peut pas (encore) se poser : être constamment en morceaux, un cliché de la neige qui tombe presque horizontale, insomnie à fébrilité contrôlée.

J’écoute Tarkan chanter son mariage, je lève la tête : la neige s’est tue. La voix, elle, s’efface tranquillement : Sen bu kalbe iyi geldin, tu es bien venu à ce cœur,

voyage.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s