14 janvier 2018

Her şeye rağmen, bugünde son buldu
Sustu tüm sesler, güneşle kayboldu
Tüm düşünceler, sahile vurdu
Ah neler, neler bir rüzgarla uçtu

(Ersay Üner, Prens ve prenses, chantée par Simge)

 

Malgré tout, ça a pris fin aujourd’hui
Toutes les voix se sont tues, perdues avec le soleil
Toutes les pensées ont frappé la côte
Ah quelles choses volent donc avec ce vent

(traduction perso semi-poétique)

 

***

 

Il y a des malheureux dans ce conte de fées, mais aussi un soleil, une côte, des choses qui volent avec le vent. Il y a au coeur du récit une queue de chien qui frappe la cage thoracique, qui effleure la beauté de l’histoire, tendue comme la peau sur un tambour.

Car l’histoire, c’est moi aussi, ce sont mes os et le peu de gras qu’on a eu le temps d’y déposer. L’histoire ne prend pas fin tant qu’on est là pour y penser; parce que parfois, penser est assez pour vivre.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s