16 janvier 2018

Dans une autre ville
dans un autre lit
j’étais une autre femme

(Hanadi Zarka)

***

Il y a six électrodes et trois signaux, donc vous mesurez l’influx qui passe entre les deux membres d’une paire, c’est ça? Ça en prend deux, donc, pour que le courant soit capté et enregistré, pour que le cœur passe…

Dans cette ville, pourtant, je porte mon électrode hypoallergène à l’épaule, surnuméraire comme une mise à la terre. Je suis ainsi moi-même mon autre femme : celle qui a aimé dans un autre lit, celle au cœur poète sinon poétique – gönlü plutôt que kalbi- qui trace mieux quand l’estuaire se repose dans ses veines. L’autre estuaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s