29 janvier 2018

un homme a plongé ses mains
dans le cœur chaud d’une femme

(Michel X Côté, Tout l’air alentour bat)

 

***

 

C’est arrivé, oui. Mais il les a retirées d’un coup, par trois fois même, trois drains qu’on arrache après une opération. Tout l’air alentour a battu un tempo décalé alors que le temps se reconstruisait bloc par bloc, qu’il se cicatrisait autour d’une plaie : angles et lignes droit.e.s d’un temps dont la réalité échappe aux spirales au bout de mes doigts.

Pour que mon cœur reste chaud, je l’abreuve de thé tissu rouge, je plonge la main au centre des piramitler et je fais un vœu de fleurs à la posture magique, de verres aux courbes fières. Puis, encore un peu fuyante, je marche.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s