30 janvier 2018

le corps est une ouverture dont le centre est dehors

(toino dumas, animalumière)

 

***

 

Je m’équipe lentement – une jolie tasse avant un lit, des couteaux-qui-coupent-pas avant un allume-feu. Je laisse la fenêtre ouverte pour aérer les pensées qui m’ont occupée pendant la douche, je laisse mon estomac ouvert mais il refuse; malgré tout je trouve que mon centre est bien, bien là où il est, je ne sais pas où mais bien.

Pourtant la solitude sans objet(s) me rattrape constamment, metrobüs bondé qui n’attend pas l’autre pour fondre et m’accrocher au passage de son rétroviseur, un tas de passé sur roues qui file à travers la ville – et à travers mon gosier, dont le centre est dehors.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s