31 janvier 2018

Le jour commence

tout au fond d’un autre jour

(Isabelle Forest, L’amour ses couteaux)

***

Déjà la semaine recommence, dans les vapeurs de cauchemar et de feu de matériaux de construction, et je m’attèle déjà l’épaule à la tâche, les tympans à la « pop! », je revisite mon passé récent mais cette fois en metrobüs et je lève rarement les yeux.

Ya bu işler ne, c’est quoi encore ces affaires-là et je ne comprends plus ma vie s’il n’y a pas de terme clair entre – ou devant – mes pattes. Si au moins le jour finissait lui aussi tout au fond d’un autre jour, je saurais à quoi m’attendre. Pour l’instant il n’y a qu’à me lever et à recommencer, avec l’assurance d’un été qui ferme le mois de janvier.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s