7 février 2018

Continuez de boire votre thé. Sachez d’emblée que personne ne comprendra.

(Stephen Mitchell, L’Éternelle Sagesse du Tao : le rire de Tchouang-Tseu)

 

***

 

Personne ne me comprend, même pas moi. Je dis des choses que je ne pensais même pas penser, je joue à la journée de la même façon que je jouais à la poupée, enfant : ma préférée tenait un discours sur l’estrade (l’armoire de liqueurs ou la toilette), les autres l’écoutaient attentivement.

Une partie de moi, de son siège autour du bain, se surprenait de ce que l’autre partie avançait – comme je me surprend encore de l’effet d’une gorgée de trop d’alcool ou de fatigue sur une langue longtemps en dormance dans mon cerveau : les mots prennent le rythme insensé des fotokopi

Il n’y a plus de papier dans l’alimenteur, veuillez charger une tasse de thé.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s