10 février 2018

Le bonheur c’est comme une tasse de café que l’on boit à son rythme.

(Lenka Hornáková-Civade, Giboulées de soleil)

***

En perdant cet amour, on dirait que j’ai perdu mon rythme, celui qu’on avait trouvé comme terrain mitoyen et que je croyais mien – après tout, deux vagues toutes proches ne sont-elles pas faites de la même eau? Et deux pattes, du même poil?

Je suis là avec mon épuisette-grue sur le bord du Bosphore, presque inaccessible, à ramasser des miettes de simit dont les goélands n’ont pas voulu. J’essaie de les ordonner et de leur donner assez d’espace pour qu’elles puissent être : ces minutes de pain, ces bouchées de temps perdu(es). Ces sésames en l’air, ce cercle de projection.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s